ourdissage- declercq passementiers

 

Troisième étape indispensable à la préparation des matières : l’ourdissage. 

Il s’agit de préparer les fils de chaine qui seront tendus sur les métiers à tisser. C’est aussi à l’ourdissage que l’on prépare les doublés, c’est à dire les bobines pour faire les mèches ou le satinage à l’établi.

Pour cela, on assemble des fils de façon organisée en se servant d’un tambour (ourdissoir ou moulin à ourdir) sur lequel on dispose et on entrecroise les fils. Les bobines sont sur le dévidoir, et on tire les fils vers le moulin. En tournant, il défile les bobines. Le blin sert à séparer les fils.

Ceux-ci sont ensuite mis sur des ensouples (longues bobines) qui seront installées à l’arrière des métiers pour tisser les galons, franges et effilés.

Les doublés sont mis en pelotes pour permettre aux établisseuses de travailler.

 

shéma ourdissage declercq

 

C’est Maria qui est en charge de l’ourdissage chez Declercq Passementiers. 

maria-ourdissage

 

Ouvrages consultés :

 La passementerie, catalogue de l’exposition au couvent des cordeliers. Métiers d’art de Paris 1993

Et le ruban prit du galon par Evelyne Baron. Musée des pays de Seine-et-Marne 1998

La passementerie par Pierre Boudet et Bernard Gomond. Métiers d’Art Dessein et Tolra 1981